Top des plages les plus belles du Japon

L’Asie de l’Est est sans aucun doute célèbre pour ses côtes aux eaux turquoises et ses plages de sable blanc. Ceux qui veulent profiter de vacances au bord de la mer choisissent généralement la Thaïlande, Bali ou la Malaisie, par exemple, comme destination. Le Japon, en revanche, n’a pas cette image de paradis pour les amoureux de la mer, et pourtant son littoral regorge de magnifiques plages, dont certaines n’ont rien à envier à leurs voisins tropicaux. Avec un climat aussi varié et différent entre le nord et le sud du pays, on trouve dans cet archipel toutes sortes de plages où l’on peut profiter de la nature. En voici quelques-unes.

La plage de Yonaha Maehama

Située sur l’île de Miyako, dans la préfecture d’Okinawa, cette île est parfaite pour les bains de soleil et la détente, ainsi que pour les sports nautiques. Cette plage, qui a la forme d’un serpent de sable blanc zigzaguant sur des eaux turquoises impeccables, est considérée comme la meilleure plage du Japon aujourd’hui, et elle mérite certainement sa renommée. Sa situation, très proche de Taiwan, son climat impressionnant presque toute l’année et la tranquillité qui s’en dégage, car elle semble presque une île semi-désertique, sont parfaits pour le voyageur qui veut se détendre, se déconnecter et ne faire qu’un avec la nature.

La plage de Amanohashidate

La côte de la province de Kyoto abrite certaines des plages les plus vierges du Japon, et a été désignée comme parc national depuis 2007. L’Amanohashidate est l’un d’entre eux. Cette plage, qui ressemble davantage à un banc de sable entouré par la mer d’Asoumi d’un côté et la baie de Miyazu City de l’autre, est une destination parfaite pour les amateurs d’activités de plage. En plus de fruits de mer délicieux, de plages propres où l’on n’a pas besoin de lunettes pour voir le fond, et d’une atmosphère relaxante, Amanohashidate est également célèbre pour avoir l’une des trois meilleures vues du Japon, et la légende veut que ce banc de sable ait été formé lorsque les dieux Izanagi et Izanami ont fait tomber l’échelle qu’ils construisaient pour relier le ciel et la terre.

La plage de Cap Maeda

L’un des meilleurs endroits pour faire de la plongée en apnée et en bouteille dans l’archipel japonais. Le Cap Maeda est situé à quelques kilomètres de Naha, sur l’île principale de la préfecture d’Okinawa. L’incroyable beauté de ses fonds marins, avec une faune très variée, et le manteau de corail qui recouvre ses fonds, en font l’une des meilleures destinations côtières de l’ancien royaume des Ryukyu. En outre, si l’eau n’est pas votre truc, les belles vues du sommet des montagnes qui jouxtent la mer valent tout autant la peine.

La plage d’Aharen

Dans un autre secteur d’Okinawa, cette fois sur l’île de Tokashiki, se trouve la plage d’Aharen. Cette partie du Japon, en raison de sa latitude, a un climat et des températures similaires à ceux des Caraïbes presque toute l’année. C’est un autre endroit recommandé pour pratiquer la plongée sous-marine, non seulement en raison des eaux transparentes et calmes, mais aussi parce qu’il n’est pas rare d’y trouver des tortues et d’autres animaux marins.

La plage de Naoshima

Entre le Kansai et Shikoku, dans ce que l’on appelle la mer intérieure de Seto, il y a une petite île principalement célèbre pour son art, l’île de Naoshima. Bien que presque tous les voyageurs viennent ici attirés par les sculptures et les formes d’art qui recouvrent l’île, il ne faut pas négliger les plages qui entourent sa côte. Les vues de n’importe quel point de la côte sont à couper le souffle, et cela, associé au fait unique qu’il y a des œuvres d’art à presque chaque coin de rue, comme la citrouille jaune de Kusama, ou la tortue shintoïste à côté de la côte, en font une zone de plage unique.

La plage de Yakushima

L’île de Yakushima est à elle seule l’une des plus belles destinations de l’archipel japonais. Il n’est pas surprenant que le même réalisateur d’animation, Hayao Miyazaki, se soit inspiré du paysage et de la nature de cette île pour réaliser son film Princess Mononoke. Ainsi, après une randonnée, une promenade dans les bois et la visite du plus ancien arbre de cryptomanie japonais du pays en son centre, quelle meilleure façon de se détendre que sur des plages comme celle d’Isso, où vous pouvez également plonger, ainsi que prendre un bain de soleil avec une vue magnifique.

La plage des Îles Ogasawara

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, cet archipel, qui fait en théorie partie de Tokyo même s’il est éloigné de la capitale japonaise, est un véritable paradis tropical au milieu de l’océan Pacifique. Ces îles, peu fréquentées par les touristes étrangers en raison de leur éloignement, sont la destination idéale pour la plongée, la randonnée dans des forêts luxuriantes, ou même l’observation des baleines. Toute une île d’aventure.

La Plage d’Enoshima

Très proche de Tokyo et de Kamakura, et reliée au continent par un pont, cette île est l’une des destinations préférées des Tokioites pour se détendre. Il y a un temple dédié à la déesse de la fortune Benten au milieu de l’île, de nombreux restaurants où l’on peut déguster de bons plats et, les jours de bonne visibilité, on peut même voir la figure du Mont Fuji . En août, il y a des feux d’artifice incroyables au bord de la mer. La plage juste à côté d’Enoshima, Kuneguma Beach, est également l’un des points clés de la célèbre zone de surf connue sous le nom de Shonan, où l’on dit que le surf est né au Japon dans les années 1960.

Les dunes de sable de Tottori

Une des rares zones de la côte japonaise où l’attraction principale est le sable et non la mer. Cette zone de dunes immenses, qui s’étend le long de la côte est de l’archipel et est baignée par la mer du Japon, est un véritable paradis pour les sens. Grimper au sommet des plus hautes montagnes de sable est non seulement beau, mais aussi très amusant. Lorsque vous atteindrez le sommet, la brise marine et la vue de l’eau baignant la côte vous rappelleront encore une fois que, même si cela semblait être le cas, vous n’étiez pas au milieu du désert. Surfer sur le sable est également une expérience formidable.

La plage de Shirahama

Dans la préfecture de Wakayama, relativement proche d’Osaka, se trouve la plage de Shirahama, l’un des endroits les plus populaires auprès des visiteurs du Kansai pour passer une journée au bord de la mer. Bien qu’elle soit un peu éloignée d’Osaka City, les eaux fantastiques pour la baignade au bord de la mer, ainsi que les célèbres bains thermaux mixtes (avec maillot de bain) qui donnent sur la plage, sont quelque chose à apprécier au moins une fois dans la vie. Un véritable trésor à déconnecter de la ville.

La plage d’Aoshima

À Kyushu, dans la préfecture de Miyazaki, il y a la plage d’Aoshima, une autre destination favorite des surfeurs. Cette plage est également parfaite si vous voulez simplement marcher sur le sable ou vous baigner. Sa situation, sur la côte est de l’archipel, en fait un endroit idéal pour voir un beau lever de soleil au bord de la mer.

La plage de Kashiwajima

Au sud de Shikoku, dans la préfecture de Kochi, cette île est connue pour ses paysages et ses eaux cristallines, qui n’ont rien à envier à celles des îles d’Okinawa. De plus, les coraux qui décorent ses fonds marins et l’existence de plus de mille espèces de poissons dans la mer environnante en font un lieu idéal pour la plongée libre. C’est un endroit idéal pour se détendre et se relaxer.

La plage de Shimamui

Près de Sapporo, à Hokkaido, se trouve la plage connue sous le nom de Shimamui. Contrairement aux plages les plus au sud du pays, les plages d’Hokkaido sont plus propices à la marche et à la randonnée qu’à la baignade dans l’eau froide. Si vous êtes courageux, cela vaut quand même la peine de prendre un bon bain. Les rochers pointus qui sortent des eaux bleues entourant la côte donnent un air magique de film à cette plage qui est également proche de l’un des points les plus légendaires d’Hokkaido, le Cap Kamu.

Sushi : Mode d’Emploi

Difficile, voire impossible de parler de gastronomie japonaise sans évoquer les fameux sushis. En effet, véritable symbole de l’art culinaire japonais, ce mets évoque l’étroite relation qu’entretient la péninsule nipponne avec la mer. Relativement simples à faire soi-même, les sushis exigent tout de même de faire preuve de rigueur et d’attention.

Des sushis pour tous les goûts

Contrairement à ce qu’un profane pourrait penser, les sushis ne sont pas exclusivement des plats faits de poisson cru. Il en existe en effet une grande diversité : les nigiris, les maki-sushi, les oshis, les inaris, les sashimis, etc. Mais pour la circonstance, et en tentant compte du fait que vous n’êtes pas encore des sushiya (maître dans la préparation des sushis), nous vous proposons ici une recette pour la préparation d’un des plats de sushi les plus simples : les nigiris.

Les ingrédients

Pour faire des sushis, vous aurez besoin d’un certain nombre d’ingrédients :
– 200 g de riz japonais. À défaut, vous pouvez utiliser du riz rond italien, mais évitez les riz longs ou les riz parfumés.
– Du vinaigre de riz japonais (remplaçable par 2/3 de vinaigre blanc et 1/3 d’eau) ;
– 2 tranches de saumon frais. Il est possible de varier en utilisant du thon ou d’autres poissons (ne JAMAIS utiliser de poisson non frais au risque d’une intoxication alimentaire).

La préparation proprement dite

Avant toute chose, réussir vos sushis exige que vous réussissiez la cuisson du riz. Pas question ici d’avoir un riz sec. Il faut plutôt qu’il soit un peu collant.

Étape 1 :

Pour commencer la préparation proprement dite de vos sushis, prenez une petite quantité de riz préalablement cuit avec du vinaigre de riz dans vos mains et façonnez-le en lui donnant une forme ovale et relativement longue. La base doit être plate pour donner une stabilité à l’ensemble et le sommet doit être arrondi pour que la tranche de poisson puisse s’y poser adéquatement. Pensez à mouiller vos mains afin que le riz n’y reste pas collé.

Étape 2 :

Coupez ensuite une tranche de saumon. Cette tranche devra être relativement petite (1cm seulement d’épaisseur pour 6 cm de long et 3 cm de large environ). L’objectif est d’avoir une tranche qui se pose harmonieusement sur la boulette de riz.

Étape 3 :

Enfin, il suffit de poser la tranche de poisson sur le riz. En tenant la boulette de riz par les côtés, vous pourrez éviter de perdre du riz. Il est possible pour faciliter l’adhérence du saumon au riz, d’étaler une toute petite portion de wasabi (à peu près de la taille d’un petit pois) sur la tranche de poisson. Cette méthode est facultative et ne sera pas du goût de tous.

Et voilà, vos sushi nigiris sont prêts. Faites-en encore quelques-uns et n’hésitez pas à servir avec des baguettes pour ajouter à l’immersion. Il ne vous reste plus qu’à déguster. Bon appétit, ou comme le dirait un bon japonais : Itadakimasu !

Découvrir les bains japonais

Au Japon, le bain n’est pas perçu de la même façon qu’en Occident. Bien plus qu’une simple pratique routinière, le bain au Japon fait en effet partie intégrante de la culture des pays. Et ce ne sont pas uniquement les bains aux sources thermales bien connues à l’étranger qui jouissent de ce statut particulier, mais également les bains domestiques et les bains publics.

Un bain ritualisé

Séparé en deux parties, le bain japonais répond à certaines exigences quasi-rituelles. La partie par laquelle on entre est la douche, dans laquelle il est recommandé de se laver vigoureusement avant d’entrer dans la baignoire. Traditionnellement, l’on s’assoit sur un tabouret et l’on s’asperge d’eau chaude à l’aide d’un seau. Mais il n’est pas rare de trouver des douches modernes dans les bains de nos jours. La baignoire japonaise est quant à elle plus profonde que celle utilisée en occident. Immergés jusqu’au cou dans de l’eau chaude, les japonais y passent quotidiennement entre 10 et 15 minutes pour se défaire du stress.

Les différents types de bain

Toutefois, tous les bains japonais ne se ressemblent pas. Il existe en effet les bains aux sources thermales (onsen), les bains privés que l’on retrouve à l’intérieur des maisons (ofuro) et les bains publics (sento).

  • Issue de l’activité volcanique, l’eau utilisée dans le bain thermal (onsen) est réputée pour ses propriétés thérapeutiques. S’ils sont généralement unisexes, il arrive encore dans certaines régions reculées du Japon de trouver des bains mixtes. Le « onsen » est une escale touristique très prisée par les étrangers, mais également par les japonais car il y est généralement proposé différents services complémentaires.
  • Le bain domestique ou « ofuro » est devenu possible avec l’avènement de la plomberie moderne. Ici aussi l’eau chaude est amplement mise à contribution. En général, la même eau est utilisée pour tous les membres d’une même famille. Ceci explique l’attachement des nippons à l’hygiène. Traditionnellement fait de bois, il est également proposé aujourd’hui en plastique. Une entorse à la tradition qui facilite toutefois grandement l’entretien.
  • Les bains publics encore appelés « sento » sont des bains de quartier destinés à ceux qui n’ont pas l’espace chez eux pour faire installer des bains privés. Fonctionnant sur le même principe que le bain thermal, le bain public japonais est approvisionné en eau chaude par des robinets. Toutefois, ces infrastructures sont de moins en moins nombreuses en raison de l’apparition des bains domestiques.

Pour finir

La seule fonction du bain japonais est la relaxation. De façon presque universelle, les japonais prennent leurs bains de nuit. Ceci permet de se défaire du stress accumulé après une journée de travail et de se rendre parfaitement propre dans le lit pour un sommeil des plus reposants.

Vivre la Miyako Odori à Kyoto

Le symbolisme culturel et spirituel de la Miyako Odori

Au-delà de la simple floraison naturelle des cerisiers, la signification de la Miyako Odori et des autres évènements culturels de Kyoto tire sa source dans les croyances traditionnelles séculaires du japon. Ainsi, la floraison éphémère des cerisiers laisse transparaître la beauté de la vie, mais aussi sa fragilité. Et cela donne lieu à des cérémonies de contemplation de cette renaissance des fleurs à travers les jardins, comme pour méditer sur le mystère de la vie. Une vie qui se renouvelle, pleine d’espoir, mais une vie qui ne dure que le temps d’une fleur. L’essentiel pour le japonais, est qu’il convient de magnifier cette réalité de la nature qui a lieu en général tout le mois d’avril en la faveur du début printemps.

Les grandes lignes du déroulement de la Miyako Odori

Les japonais consacrent un bon temps de festivités, de réjouissance et aussi de pratiques religieuses pour entourer le phénomène de floraison des cerisiers. Il y a d’abord le côté cultuel qui consiste à méditer sur tout le sens profond de ce mystère de la nature. C’est le traditionnel hanami au cours duquel les japonais restent dans cette disposition contemplative durant des heures en buvant pour la plupart, du saké. C’est alors qu’intervient la partie festivité et réjouissance. Et à ce niveau, des Maiko qui sont des jeunes filles apprenantes de Geisha, effectuent de somptueuses chorégraphies rythmées par la musique d’instruments traditionnels dont le koto, une sorte de longue cithare. C’est d’ailleurs l’étape de la véritable célébration de Miyako Odori. Un évènement culturel japonais qui dure depuis des siècles de tradition. Il faut noter que tout ce festival autour de la floraison des cerisiers, donne aussi lieu à des marchés aux plantes, à des cérémonies aux dragons, et bien sûr, à des danses et des moments de partage de repas.

Un festival traditionnel japonais à découvrir en séjour à Kyoto

La grande ville japonaise Kyoto, est l’un des principaux centres d’attraction où se déroulent de façon étendue, les festivités de la Miyako Odori. Mais compte tenu des changements saisonniers, la date peut varier d’une année à l’autre selon que la floraison des cerisiers est précoce ou non. Une période qui néanmoins, coïncide généralement avec la survenue du printemps. Autant donc en tenir compte pour préparer votre voyage sur Kyoto en vue de participer en toute ponctualité à la Miyako Odori. Pour d’éventuels besoins relatifs à votre voyage et votre séjour à Kyoto, notez l’adresse du site officiel de cette manifestation culturelle :

La Fête du lancer de haricots : Setsunbun

Le jour de Setsubun, on lance des haricots de soja grillés en disant « Oni wa soto Fuku wa uchi ! » ce qui signifie « Dehors les démons ! Dedans le bonheur ! »
Setsubun est la fête du lancer de haricots “mamemaki” afin de faire fuir les forces mauvaises. 

Eloigner les malédictions 

On dit que les épines du houx peuvent percer les yeux des Oni et l’odeur de sardine peut également les éloigner. La branche de pêcher est aussi importante. 
En Chine, c’est un des symboles pour éloigner les malédictions. 

Les origines chinoises 

Si le Setsubun est largement répandu dans l’archipel nippon, cette célébration est en réalité importée de Chine, au cours du VIIIe siècle. A l’époque, la manifestation était aussi bien présente dans les palais de la noblesse que dans les édifices religieux. Si les premiers chassaient les mauvais esprits avec des arcs, les seconds opéraient en lançant des haricots de soja. 

La fête du Setsubun prend sa forme actuelle entre les XVIe et XIXe siècle, durant la période Edo au Japon. Setsubun se traduit littéralement par les nœuds du bambou constituant les différentes sections du tronc. A chaque section correspond un changement de saisons, ce qui signifie qu’il y avait au départ 4 Setsubun. Seul le commencement du printemps, le risshun, est aujourd’hui célébré. 

Festival Top La Fete du lancer de haricots SetsunbunLa Fete du lancer de haricots SetsunbunFestival et Tradition populaire au Japon Cette fête est aussi l’occasion pour les habitant d’un quartier de se retrouver et de célébrer ce jour ensemble. Je vous souhaite donc un bon Setsubun, et je vous dis « Oni wa soto ! Fuku wa uchi ! » 

Chasser les démons et attiser la chance le Setsubun est également un spectacle vivant dans les temples, les prêtres appelant des célébrités telles que des sumos, des chanteurs ou des geishas, à lancer des haricots sur la foule. 

A la fin du lancer de haricot, on les ramasse, et chaque personne mange le nombre de haricot qui correspond à son âge pour se porter chance. 

Dans les rues, des personnages grimés en démons déambulent, les enfants se faisant une joie de les chasser en leur lançant des haricots. 

En participant au Setsubun, les Japonais démontrent leur envie de chasser les démons et d’attiser la chance pour l’année à venir. Le rituel passe par le lancer de haricots, le mame-maki, qui s’effectue généralement par la fenêtre des logements. 


Ces projectiles sont accompagnés de cris « On iwa soto ! Fuku wau chi », qui veulent justement dire « Dehors les démons ! Dedans le bonheur ». Si vous avez l’opportunité d’assister au Setsubun dans le Sanctuaire d’Utatsu ou dans celui de Yoshida à Kyoto, n’oubliez par de manger autant de haricots que votre âge vous l’indique, afin de vous garantir une longue vie.

Retrouvez d’autres articles pour découvrir le Japon sur VoyageurJapon.com

Rapporter des cadeaux originaux du Japon

Si les « tenugui » et les poupées Daruma sont considérés comme des cadeaux classiques du Japon, surpassez-vous en choisissant des cadeaux sortant de l’ordinaire, lesquels vont sûrement épater plus d’un.

Ninja de jardin

Cousin du nain de jardin, le ninja de jardin détient plus le rôle de protecteur que celui d’être décoratif. Il peut protéger vos fleurs et votre pelouse de certains animaux indésirables comme le chat du voisin par exemple. Certains modèles de ninja de jardin disposent des yeux qui s’illuminent la nuit. Il se charge au moyen de la lumière du soleil. Original non ? Vous pouvez l’offrir à n’importe qui et à n’importe quelle occasion, du moment que la personne apprécie l’originalité.

Les gommes imitation plats du Japon

Émerveillez vos collègues de travail en leur rapportant des gommes qui imitent super bien les plats typiques japonais. Ce qui rend ces gommes uniques c’est leurs couleurs vives et leurs formes qui donnent l’envie de croquer. Conseillez vos amis de les poser sur le bureau pour égayer leurs journées.

Le costume sumo gonflable

Idéal pour se déguiser lors d’un bal costumé ou pendant la soirée d’Halloween, le costume sumo gonflable est tout ce qu’il vous faut. Insolite, mais aussi amusant pour se divertir entre amis ou en famille, le costume dispose d’un gonfleur électrique. Lorsque vous avez décidé d’en acheter, pensez à vous procurer plus d’un costume si possible. Au passage, vous pouvez aussi vous prêter à un tournoi de sumo.

PQ sudoku !

Eh oui, il n’y a que les Nippons qui pensent les choses autrement. Avec un papier toilette gravé de sudoku, vous allez passer des heures et des heures dans votre petit coin. Vos invités seront même abasourdis en passant aux toilettes. Soyez sans crainte, l’encre d’impression utilisée sur les papiers toilette ne déteint pas. Vous pouvez également l’offrir en guise de cadeau pour Noël si ce n’est pas trop déplacé. Bref, choisissez la personne à qui vous allez l’offrir.

Les fameuses oreilles de chat Necomimi

À première vue drôles, les oreilles de chat sont munies d’un système futuriste leur permettant de réagir aux humeurs de celui qui les porte. Développées par Neurowear, ces oreilles de matou peuvent donc baisser lentement pour indiquer la sérénité. Elles se dressent pour démontrer le sérieux de la personne. On en trouve presque partout dans les magasins à Tokyo. Ce présent sera parfait pour une femme ou une petite fille.